L’empreinte durable des donateurs

Des donateurs dévoués ouvrent la voie au raccordement du Grand Sentier en contribuant directement à des tronçons particuliers de ce projet ambitieux. Voici quelques-unes de leurs histoires.


La permanence

Sheila Ross aux jardins Van Dusen Gardens, C.-B.

Pour la passionnée de plein air Sheila Ross, contribuer à une cause qui s’harmonise à son amour des activités de plein air allait de soi. La philanthropie est un mode de vie pour Sheila, dont la famille canadienne emblématique a toujours su redonner à la collectivité. Ancienne championne du Sentier Transcanadien, Sheila a donné encore plus pour réaliser ce lien national en 2017. Sheila partageait son enthousiasme pour ce grand projet canadien avec son défunt mari, Bob, qui a fait un don au Sentier Transcanadien par l’intermédiaire de la fondation Greyross de Sheila. « C’est une chose tellement permanente », dit Sheila, qui aime s’informer sur la progression du projet. Il y a tellement de choses qui vont et qui passent, mais pas le Grand Sentier. » Aujourd’hui, Sheila continue d’encourager les autres à découvrir la nature immense et l’histoire de notre pays.


Prendre le temps de s’arrêter et de contempler

Nancy Baron sur le sentier de la Confédération, I.-P.-É.

Nancy Baron se rappelle affectueusement une enfance idyllique en Angleterre avec sa famille, où elle aimait faire du vélo, de la pagaie et des randonnées en nature. Maintenant fiduciaire à la fondation W. Garfield Weston, c’est en se rappelant ces souvenirs que Nancy a décidé de soutenir le Sentier. En suivant une voie similaire au Canada, elle reste proche de la nature. Depuis 2013, ses dons ont été orientés vers des efforts de construction de sentiers sur l’Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse. « Le Sentier donnera à tous la chance de s’arrêter et de contempler », a-t-elle déjà dit, renvoyant à un poème de William Henry Davies. Récemment, son soutien enthousiaste a joué un rôle déterminant dans le développement de plusieurs sentiers en Nouvelle-Écosse, y compris le spectaculaire sentier Ship Railway et le magnifique sentier Bealach Brèagha, au lac Ainslie.




L’amour de la côte est

Sandra Crabtree et son mari Gerald MacGarvie.

Depuis plus de 60 ans, la fondation Crabtree contribue à une marée de changements en soutien aux collectivités des Maritimes. Bien que basée à Ottawa, elle est ravie de soutenir le Sentier en Nouvelle-Écosse. Donnant l’exemple, les membres de la famille Crabtree font de nombreuses randonnées dans le tronçon panoramique du Sentier au Nouveau-Brunswick, où ils possèdent une maison non loin de la baie de Fundy. Son amour pour cette région fait de la famille Crabtree une ardente supportrice de toute la côte est.