Deux journées relaxantes pour profiter de la nature et d’installations durables

Pas besoin d’aller bien loin pour s’évader un peu. Partir à vélo sur la section Kawartha du Grand Sentier peut se transformer en une escapade tranquille le temps d’un week-end, à partir de la région du Grand Toronto, et offrir une abondance de choses à voir en pleine nature tout en procurant cette impression de se trouver à des milliers de kilomètres de chez soi.

De Lindsay à au-delà d’Omemee, ce que cette excursion de 24 kilomètres a à proposer est de la pure joie. Le village de Lindsay est un carrefour de sentiers, avec suffisamment de diversions pour occuper toute une journée, y compris un tronçon de sentier qui passe littéralement à l’intérieur du collège Fleming afin qu’on puisse en apprécier les caractéristiques novatrices et durables. À partir de Lindsay, le paysage se transforme; de banlieusard, il passe à un aspect fermier et pastoral, puis à une nature plus sauvage dans la région des lacs de Kawartha – avec l’un des plus vastes drumlins d’Amérique du Nord et le pont à tréteau de Doube, un ancien pont ferroviaire qui traverse la lumineuse Buttermilk Valley.

Jour 1: Lindsay et ses environs Basculer la flèche

Matinée

Fascinant point de départ pour une exploration sans prétention du Grand Sentier, le campus Frost du collège Fleming, à l’extrémité sud de Lindsay, est l’un des campus les plus durables d’Amérique du Nord. Le sentier Kawartha, partie prenante du Grand Sentier, passe directement dans le cœur du collège, qui se qualifie de «laboratoire vivant pour les apprentissages en extérieur». Le collège comprend l’École des sciences environnementales et des ressources naturelles, où l’on enseigne comment grimper aux arbres, construire des sentiers, élaborer une agriculture durable, épurer l’eau, et bien davantage encore.

Accédez au Grand Sentier par l’extrémité sud du stationnement, puis dirigez-vous vers l’arrière des édifices pour rejoindre la cour du campus, où une turbine éolienne montée en tour s’agite au gré des vents. Avec une production estimée à 10 500 kilowatts-heures par année, l’éolienne fournit l’électricité  nécessaire à l’éclairage du pavillon du campus qui est dédié à la technologie environnementale. Levez les yeux vers le toit de ce pavillon; vous y verrez une plateforme de recherche où sont testées des technologies de toits verts.

Ici, un tronçon du Grand Sentier – le sentier Découverte est/ouest TD Canada Trust – fait un détour à l’intérieur même du pavillon de technologie environnementale. Comme les portes sont généralement ouvertes, il est commun de stationner son vélo le temps d’aller jeter un coup d’œil à certaines des caractéristiques fascinantes de développement durable du pavillon, comme celles du Centre for Alternative Wastewater Technologies. Ainsi, quand vous vous laverez les mains aux toilettes du pavillon, l’eau que vous utiliserez aura été traitée en épuration à seulement quelques pas d’où vous vous trouverez à ce moment-là. Les étangs des marais du Centre, qui sont visibles à partir des fenêtres du hall d’entrée, recueillent et traitent tous les jours approximativement 3 000 litres d’eaux usées provenant des toilettes du pavillon.

En plus des échantillons de faune et de flore ontarienne qui sont en démonstration, vous trouverez un mur vivant en pleine activité, filtrant l’air tout en enjolivant le hall d’entrée.

En face de ce mur vivant, les visiteurs peuvent voir l’un des puits chauffants géothermiques à travers une cellule d’observation en plexiglas qui se trouve à même le plancher. Le système géothermique réchauffe le pavillon l’hiver, et le rafraîchit l’été. On dénombre 66 puits au total, chacun mesurant 122 mètres de profondeur; tous sont connectés à un système de serpentins sophistiqué.

Quittez le sentier Découverte pour dévier vers les autres pavillons du campus, ce qui vous permettra de voir des cages de verre montrant des spécimens de taxidermie: des oiseaux et différentes espèces de la faune sauvage ontarienne, ainsi que de magnifiques et délicates murales en noir et blanc qui dépeignent des arbres et des insectes.

De retour à l’extérieur, promenez-vous entre l’éolienne et le jardin communautaire d’agriculture durable de Lindsay. Vous pourrez admirer le rucher du collège avant de récupérer votre vélo pour vous remettre en selle et reprendre le chemin du Sentier.

Se dirigeant vers l’Est à la sortie du campus, le Sentier passe devant un chalet de bois rond dédié aux apprentissages en extérieur. Une plaque historique commémore ici les contributions du naturaliste et auteur Ernest Thompson Seton, qui a passé une partie de son enfance à Lindsay et fut l’un des fondateurs du mouvement Boy Scouts of America. Bien que ce chalet ne soit pas celui que Seton avait à l’époque, il y a fort à parier qu’il lui aurait beaucoup plu!

En pédalant plus avant sur le Sentier, vous passerez dans l’arboretum du collège Fleming, qui suit le tracé du Grand Sentier à l’est du campus, là où le décor se fait plus sauvage.

Après-midi

En vous dirigeant toujours vers l’Est, vous emprunterez un magnifique chemin boisé qui vous mènera le long des berges de la rivière Scugog, qui fut jadis au cœur de cette collectivité. À l’époque, la rivière servait de réseau de transport à la nation anishinaabe de Mississauga, et continua de le faire jusqu’au XIXe siècle. En langue anishinaabe, scugog signifie «terre submergée ou inondée». Laissez-vous imprégner de la tranquillité de ce superbe endroit alors que les carouges à épaulettes gazouillent et que les lys s’épanouissent sous les rayons du soleil.

Lindsay est aujourd’hui une ville qui regorge de parcs, mais à une certaine époque, elle était célèbre pour ses trains et ses gares. Comme beaucoup d’autres sections du Grand Sentier, les 53,8 kilomètres du sentier Kawartha suivent les douces ondulations d’un ancien chemin de fer. Ceci permet de profiter d’un tracé extraordinairement facile à parcourir, sans pente abrupte ni virage prononcé, et donne ainsi l’occasion de concentrer toute son attention sur le paysage plutôt que sur l’effort physique. Le sentier Kawartha encercle le parc Memorial, où des éléments monumentaux d’une époque révolue attendent les cyclistes. Le Railway Heritage Centre présente un fourgon de queue en bois, une locomotive Stelco 40 noire, un fourgon de queue en acier rouge vif de Canadien National et davantage. Au cours des mois d’été, on peut également y admirer d’éclatants arrangements floraux.

À cette étape, vous parviendrez à un embranchement et vous vous trouverez devant le sentier Est-Ouest Kawartha; le sentier Lindsay’s Rotary, qui longe la rivière Scugog; et le sentier Victoria Rail Trail Corridor, qui monte au nord vers Kinmount et descend au sud vers Bethany. Ce dernier, contrairement au sentier Kawartha, permet la circulation motorisée.

Empruntez le sentier Rotary et profitez de la beauté naturelle du paysage bordant la rivière. Un pont rustique traverse la rivière et débouche sur deux parcs: Nayoro et Lion’s Riverview. Avec sa partie japonaise, le parc Nayoro témoigne du jumelage de Lindsay, une relation qui perdure depuis plus d’un demi-siècle. Comme Le Grand Sentier, celle-ci nous rappelle que nous sommes tous interconnectés.

Le chemin de la rivière Scugog se rend à Lock 33, une écluse de bois ouverte en 1844 sur la magnifique et historique voie maritime de Trent-Severn, longue de 386 kilomètres. C’est cette écluse qui permet aux bateaux de transiter de la rivière au lac Scugog.

Si vous avez de la chance – ou de la patience, c’est selon –, vous pourrez observer l’écluse en pleine action et voir des bateaux traverser. Sur l’autre rive, les admirables ruines de l’ancien moulin se dressent comme un rappel fantomatique d’un passé dynamique. Bien que le moulin ait été victime d’un incendie en 1978, il a conservé une partie de sa fascinante beauté.

À ce point-ci, vous voudrez peut-être vous arrêter et vous installer pour la nuit dans un motel de l’endroit. Sinon, vous pouvez poursuivre plus loin; chargez les sacoches de votre vélo et pédalez encore une vingtaine de kilomètres sur le sentier Kawartha pour atteindre le village d’Omemee. Là, vous pourrez monter votre tente à quelques kilomètres au nord du Sentier, dans le parc provincial Emily, et voir le soleil se coucher sur le lac Pigeon pour vous réveiller, le lendemain matin, en pleine nature dans la splendide région des lacs Kawartha. Nous vous le recommandons chaudement!

Jour 2 : de Lindsay à Omemee (et au-delà) Basculer la flèche

Matinée

Lorsqu’on s’embarque pour un voyage à vélo de plusieurs jours, c’est l’aventure elle-même qui devient notre destination. Se réveiller le matin, enfourcher son vélo en s’assurant d’avoir tout le nécessaire emballé derrière soi, puis simplement commencer à pédaler – tout ça offre une incroyable sensation de liberté. Plus tard, sur Emily Park Road, vous aurez une bonne dose d’adrénaline; achalandée, l’autoroute nous donne une nouvelle appréciation du calme du sentier Kawartha et de son absence de véhicules à moteur!

Une fois revenu sur Le Grand Sentier, avec sa dénivellation si légère et sa surface bien entretenue de poussière de calcaire, vous aurez toute la latitude pour laisser errer votre esprit. Profitez-en pour relaxer et simplement lâcher prise durant votre trajet en direction est, en route vers l’apogée des merveilles que ce sentier vous propose: le pont à tréteaux de Doube, un ancien pont ferroviaire qui s’étire au-dessus de la rayonnante Buttermilk Valley.

Alors que la surface du sentier disparaît sous vos roues pour laisser place au revêtement du pont, admirez le paysage qui s’ouvre devant vous pour laisser toute la place à la splendeur de Buttermilk Valley, ainsi qu’au célèbre pont à tréteaux Doube. Considéré comme le chaînon manquant, ce pont a été construit en 1883 pour raccorder le chemin de fer entre Peterborough et Omemee. Le dernier passage d’un train date de 1988, et le silence qui y règne depuis.

Portant le nom de la famille Doube, qui était propriétaire des terres se trouvant à son extrémité est, le pont a été converti en sentier ferroviaire en 2006. À 29 mètres d’altitude, il s’étend sur 200 mètres et subira bientôt des travaux de restauration. Abîmé, son tablier de bois sera remplacé par un composite de bois de charpente respectueux de l’environnement grâce aux efforts de collecte de fonds des gens du sentier Kawartha et à un soutien financier de 75 000 $ de Sentier Transcanadien.

Au loin, vous apercevrez une colline de forme inhabituelle; c’est que la région abrite l’un des plus grands drumlins d’Amérique du Nord, un vestige de l’ère glaciaire mesurant 900 kilomètres carrés qui encercle Peterborough pour s’étendre jusqu’à l’ouest d’Omemee.

En pédalant pour revenir vers Omemee, vous passerez par des boisés et des zones humides, et remarquerez certainement un banc qui semblera peut-être vous appeler et vous inviter à vous asseoir. Cet endroit était auparavant le site d’une impressionnante hutte de castor; aujourd’hui, on peut observer des tortues, des abeilles, des monarques et d’autres papillons tournoyant au-dessus de cet adorable marais.

Après-midi

Omemee! Le village porte un nom d’une sonorité agréable qui le fait sonner comme une destination. Ce nom vient du mot anishinaabe qui signifie «pigeon». Juste avant le pont qui traverse la magnifique rivière Pigeon, Sentier Transcanadien a installé une pompe à air et une station d’entretien où les cyclistes peuvent gonfler les pneus ou huiler la chaîne de leur vélo, tout comme procéder à certains ajustements ou à différentes tâches d’entretien.

En traversant le pont, vous pourrez remarquer son nouveau tablier de composite de bois, restauré l’an dernier à l’occasion d’une corvée communautaire qui a nécessité trois semaines de travail et le concours de nombreux bénévoles. En admirant la rivière Pigeon, imaginez-vous le jeune Neil Young pêchant et vagabondant sur les rives, comme les garçons avaient l’habitude de le faire à l’époque; c’est ici, à Omemee, que l’auteur-interprète a vécu son enfance.

Selon CBC, c’est en hommage à Omemee que Neil Young aurait écrit la chanson Helpless. Effectivement, le village bénéficie d’une référence spéciale dès les paroles d’ouverture de la pièce: «There is a town in north Ontario / With dream, comfort. memory to spare / And in my mind, I still need a place to go / All my changes were there» [traduction libre: Il y a un village dans le nord de l’Ontario / Avec des rêves, du confort et des souvenirs à offrir / Et dans ma tête, j’ai toujours besoin d’un endroit où aller / J’ai vécu tous mes changements là-bas].

Il y a deux ans, Neil Young est revenu chez lui pour se produire au Coronation Hall, sur la rue principale d’Omemee. Enfant, il demeurait au 33, rue King ouest – un court détour du Sentier vers Omemee. On peut également voir la maison d’enfance de la matriarche Lady Eaton, ainsi que la maison qu’elle a plus tard habitée avec son époux. L’école Scott Young Public School, ainsi nommée en référence à l’auteur et journaliste qui fut le père de Neil Young, se trouve elle aussi sur Le Grand Sentier.

En revenant vers Lindsay, toujours à vélo, vous verrez que l’obsédante forêt cède la place à des terres fermières pastorales. Emplissez vos poumons des effluves de cèdre et de foin et des fraîches odeurs de la ferme. Bordé de cèdres, le Sentier s’ouvre soudainement pour révéler un ciel dans toute sa splendeur. Le sumac aura peut-être commencé à tourner, donnant au sentier Kawartha des teintes orangées; et les routes silencieuses de la campagne sembleront certainement s’étirer à perte de vue. Au hameau de Reaboro, vous pourrez vous arrêter faire une pause à l’aire de pique-nique.

Quand on pédale sur Le Grand Sentier, l’aventure devient notre destination, et les récompenses sont sans commune mesure.

Ray Lawson, bénévole du Sentier

«Ça fait chaud au cœur de voir comment le gouvernement et les particuliers ont mis leurs efforts en commun pour réaliser tout ça. Je crois que le Sentier représente une opportunité incroyable pour les gens. C’est merveilleux pour le Canada, et pour tout le monde!»

L'esprit communautaire à Kawartha

https://thegreattrail.ca/fr/stories/community-trail-kawartha/

Une aventure à vélo avec Maghalie Rochette

Explorer le P’tit Train du Nord avec Maghalie Rochette

Une escapade citadine à proximité

Une journée sur le sentier Waterfront de Toronto