Ski de fond sur le Grand Sentier : aucune expérience requise

Stop winter blues with cross-country skiing

Text: Kimberley Fehr

Chaque année, je m’aventure en ski de fond. Captivée par ma randonnée, je lève subitement la tête puis je remarque les panneaux qui m’indiquent que je ne suis pas sur n’importe quel sentier : je suis sur le Grand Sentier. Ce sont peut-être les endorphines, mais le Grand Sentier inspire un sentiment d’exaltation et d’optimisme. Savoir que mon pays peut se vanter de posséder le plus long réseau de sentiers récréatifs polyvalents du monde, lequel s’étend sur plus de 24 000 km, suscite en moi une grande fierté nationale.

Si je continuais de skier à partir de là où je me trouve en Ontario, je pourrais me rendre jusqu’à l’océan Pacifique ou même jusqu’à l’océan Arctique! Et, bien qu’il n’y ait personne autour de moi, je partage ce sentier avec des milliers de personnes partout au pays. C’est incroyable.

Si vous n’avez jamais fait de ski de fond auparavant, cela ne devrait pas vous empêcher d’en faire sur le Grand Sentier, ou n’importe où ailleurs. Vous pouvez tout simplement vous lancer et essayer, ou vous voudrez peut-être suivre des cours auparavant. Quoi qu’il en soit, si vous êtes en bonne forme physique et que vous avez suffisamment d’équilibre, le ski de fond classique est assez facile à maîtriser. Voici quelques conseils pour vous aider à vous y mettre.

 

Photo: Math Sparks

1. Pour commencer, choisissez un sentier qui soit plat

Dans une aire de ski commerciale, optez pour les pistes vertes. Si vous souhaitez skier sur le Grand Sentier, recherchez un tronçon qui emprunte un ancien corridor ferroviaire, tel que le sentier Caledon en Ontario, le parc linéaire Le P’tit Train du Nord au Québec ou le sentier Iron Horse en Alberta. Les tronçons du Grand Sentier aménagés sur d’anciens chemins de fer sont souvent presque plats, c’est-à-dire qu’ils présentent une faible inclinaison, inférieure à 2 %.
 

 

2. Trouvez des skis et des bâtons adaptés à votre taille

Vous devriez pouvoir trouver de l’aide à ce sujet aux endroits où vous louerez ou achèterez vos skis, mais voici tout de même quelques conseils. La méthode traditionnelle consiste à lever un bras au-dessus de la tête, puis choisir un ski qui arrive à la hauteur de votre poignet.

Toutefois, si vous achetez des skis dans une boutique spécialisée, on vous demandera peut-être de mettre des bottes, puis des skis, et on vérifiera l’espace sous les skis, à l’endroit où se trouvent vos pieds. On pourrait ensuite vous demander de déplacer votre poids sur un pied pour vérifier si le ski s’enfonce, ce qui est nécessaire pour vous donner assez d’adhérence sur la neige avec votre « zone d’impulsion », pour pousser et bien glisser sur votre autre ski. Cette méthode garantit que les skis offrent la flexibilité nécessaire, en fonction de votre poids, afin de vous offrir une glisse optimale.

Certains skis doivent être fartés pour leur donner une meilleure adhérence à la neige, mais il existe également des skis ne nécessitant aucun fartage, soit les skis « à écailles ».
Quant à vos bâtons, vous voudrez qu’ils atteignent la hauteur de votre aisselle lorsqu’ils touchent le sol.

 

3. Habillez-vous « comme un oignon »

Peu importe comment vous vous sentez lorsque vous commencez votre randonnée de ski, vous aurez déjà beaucoup plus chaud après 10 minutes. Vous allez transpirer, c’est certain!

S’habiller en plusieurs couches est la meilleure stratégie du skieur nordique. De plus, quelques couches de vêtements isolants faits de tissus synthétiques que vous pourrez enlever en chemin contribueront à votre confort lors de votre aventure sur le Sentier. Un manteau de type coquille souple convient très bien, mais vous voudrez aussi avoir quelque chose d’imperméable sous la main pour la pluie ou la neige mouillée. Quant aux pantalons, ceux qui sont destinés à la course ou au vélo d’hiver et qui absorbent l’humidité en plus de bloquer partiellement le vent conviennent très bien.

Deux paires de chaussettes aident à prévenir la formation d’ampoules : des chaussettes minces d’abord, puis des plus chaudes qui serviront d’isolant.

 

4. Commencez avec la technique classique

Maintenant que vous êtes habillé, skis aux pieds et bâtons à la main, vous pouvez commencer avec le pas classique. C’est tout comme marcher dans la rue, mais sur des skis. Placez un pied devant l’autre, en enfonçant vos bâtons dans le sol à côté de vos pieds pour un meilleur équilibre. Pratiquer cette technique sur un sentier qui a déjà été emprunté, où se trouvent des rainures pour chaque ski, peut vous aider à maintenir vos skis en dessous de vous.
 

 

Photo: Tourisme Laurentides

5. Intensifiez votre randonnée avec la technique du patin

Une fois que vous vous sentez à l’aise avec la méthode classique, accélérez le rythme avec la technique du patin. Le truc pour faire du ski de fond est le transfert de poids d’un pied à l’autre.

Enfoncez vos bâtons à côté de vos bottes au moment de la poussée. Lorsque vous déplacez votre poids sur un pied, votre genou doit être plié au-dessus de la cheville. Maintenez le regard vers l’avant et gardez le nez au-dessus de vos orteils. Imaginez une ligne invisible entre votre nez et votre botte et penchez-vous vers l’avant lors de la glisse. Une excellente façon de vous y habituer est de commencer avec un ski sur un seul pied, ou en vous exerçant sans vos bâtons.

 

 

6. Servez-vous de vos bras

Balancer vos bras dans le sens contraire de vos jambes favorise encore plus votre glisse. Vous pouvez également pousser un peu plus fort sur les bâtons.

« Une fois que vous avez trouvé le rythme, vous y êtes », mentionne Ramya Ramanathan, une résidente de Toronto qui a skié pour la première fois sans jamais suivre de cours.

La sensation qu’offre le ski de fond est encore meilleure sur le Grand Sentier. C’est un entraînement fantastique et une montée d’endorphine assurée. Cette activité très addictive peut transformer en pur bonheur la morosité qui habite vos hivers. Vous serez même triste lorsque l’hiver se terminera! Vous verrez!