Née pour foncer: Karen Edwards nous parle de santé et de créativité sur le Sentier

Karen Edwards runs along a wide road of prairie, with blue skies in the background and green grass on either side.

Pour la plupart d’entre nous, la routine matinale est, euh… routinière. Elle implique généralement une douche de cinq minutes, quelques gorgées de café et une immersion dans la jungle de l’heure de pointe. Pour Karen Edwards, toutefois, il n’y a pas de matin sans course vivifiante sur le sentier Meewasin de Saskatoon.

«Tous les jours, je pars courir sur Le Grand Sentier du Canada, lance Karen. Le Sentier se trouve à environ un kilomètre de chez moi et, de là, j’ai la possibilité de parcourir des kilomètres et des kilomètres dans n’importe laquelle des directions.»

Karen ne s’est pas toujours intéressée à la course, mais avec le passage des années, sa préoccupation pour sa santé s’est amplifiée.

«Je ne peux pas dire que je me sentais mal dans ma peau avant, mais je ne peux pas dire que je me sentais bien non plus!», se souvient-elle.

Maintenant, peu importe la saison ou la météo du jour – pluie, soleil, neige –, Karen enfile ses souliers de course et se dirige vers Le Grand Sentier du Canada. Son enthousiasme pour ce rituel quotidien est contagieux et, d’ailleurs, son mari, sa fille et même son chien l’y joignent régulièrement!

 

 

Cela dit, les excursions en solo revêtent aussi une grande importance pour elle, et en particulier quand vient le moment de nourrir sa créativité.

«Comme auteure, j’ai besoin de réfléchir, et plusieurs de mes idées me viennent en courant, explique-t-elle. J’ai écrit un roman, et on retrouve presque chacun de ses décors sur Le Grand Sentier du Canada. Un ravin que j’ai croisé lors d’une course est justement devenu le cadre de la première scène de mon livre.»

«Même dans mon travail de directrice artistique, la course m’aidait déjà. Quand je me butais à un obstacle ou que je me trouvais en panne d’inspiration, je partais courir et je revenais avec des solutions», ajoute-t-elle.

C’est au cours de l’une de ses courses qu’elle a trouvé l’inspiration pour son deuxième livre – un guide pour les coureurs débutants, cette fois.

«J’ai pensé que j’avais probablement traversé des choses qui présentent un défi pour d’autres personnes, raconte-t-elle. Je me suis dit: <Je devrais écrire tout ça>.

Motivée par cette idée, Karen a écrit Runner by Nature, un livre qu’elle décrit elle-même comme «le guide de course d’une vieille femme» et dont le but est d’offrir du soutien à ceux qui éprouvent des difficultés ou qui se sentent ralentis par des défis qui leur semblent trop grands dans leur progression comme coureurs.

Selon son résumé, ce livre «ne vous permettra pas de courir plus vite ou plus aisément, mais il vous rappellera certainement pourquoi vous avez décidé de vous mettre à la course».

Karen dit souhaiter pouvoir publier Runner by Nature grâce à une campagne de financement sur Kickstarter, qui servirait par ailleurs à financer aussi le lancement d’une gamme d’accessoires et de vêtements de course.

Karen remarque que ses sorties sur le Sentier lui ont non seulement permis de voir sa santé et son humeur s’améliorer, mais qu’elles lui ont en plus donné une plus grande appréciation du Grand Sentier du Canada dans sa région.

«On croise tant de choses sur le Sentier – le lever du soleil, les arbres, la rivière, conclut Karen. J’ai la chance de pouvoir me trouver en pleine nature sauvage à seulement quelques minutes de chez moi.»