Le sentier Chief Isadore avec Neil Shuttleworth, bénévole du Sentier

Article et photos: Janice Strong

«J’adore travailler sur les sentiers, m’annonce d’entrée de jeu Neil Shuttleworth. Les sentiers devraient toujours offrir une expérience aux gens; ils devraient toujours nous marquer.»

Neil est concepteur et directeur des travaux de conception, d’aménagement et de développement du nouveau sentier Chief Isadore près de Cranbrook, dans le sud-est de la Colombie-Britannique. Diplômé en Éducation en plein-air et physique, il est retraité du ministère des forêts, où il œuvrait à titre de responsable des loisirs pour la succursale de Cranbrook.

«Je veux ressentir les écosystèmes à travers lesquels nous passons, et éviter de retirer deux mètres de végétation de chaque côté du Sentier, poursuit-il. Je veux qu’on puisse faire l’expérience de la sécheresse ou de l’humidité de ces écosystèmes. Le Sentier doit travailler avec le paysage plutôt que de le dominer.»

 

Photo: Neil Shuttleworth à vélo sur le sentier Chief Isadore en Colombie-Britannique. 

«Quand je travaillais au ministère, les sentiers, leur trajet et leur aménagement étaient la partie de mon travail que je préférais par-dessus tout – la cerise sur le gâteau. Maintenant que je suis bénévole [NDLR: pour le sentier Chief Isadore], je peux même choisir quelle cerise je veux mettre sur mon gâteau!», plaisante-t-il en souriant.

Il est heureux que le STC fasse la promotion de du Sentier Chief Isadore, qui représente 43,5 kilomètres du Grand Sentier entre Cranbrook et Wardner. Elle traverse plusieurs environnements différents, et rend par ailleurs hommage à l’histoire et aux coutumes de la communauté autochtone locale par le biais de panneaux d’interprétation, qui ont pu être installés grâce au soutien du STC et à l’implication de la nation ktunaxa.

Cette section du Sentier tient son nom de Chief Isadore, le chef qui a réussi à négocier la paix entre la nation ktunaxa et les colons européens. Tout au long de son trajet, 18 grands kiosques décrivent la géologie, l’histoire ou les écosystèmes de la région, et douzaine d’autres, plus petits, s’attardent plutôt à un élément de la nature en différents endroits du trajet.

 

Photo: Un de nombreux bassins sur le sentier Chief Isadore.

«Il y a des fours de calcaire, et Wardner offre une expérience d’histoire naturelle et de développement historique, explique Neil. On peut y admirer la rivière Kootenay du haut des falaises, et Bull Mountain, de la chaîne des Rocheuses, s’élève au nord. L’implication des Ktunaxas dans le projet, ainsi que l’histoire du chemin de fer et du village de Wardner, sont brièvement résumées sur ces kiosques.»

Le sentier Chief Isadore propose un choix de plusieurs sections différentes, au grand bonheur des aventuriers du Grand Sentier.

«Le sentier Chief Isadore offre davantage qu’une expérience de passage ferroviaire. Ses sections améliorées et à voie unique le classent dans une catégorie à part. Les gens s’y sentent un peu plus hardis et s’y aventurent un peu plus loin», explique Neil en commentant les diverses parties de cette section du Sentier.

«Le sentier Mayook [NDLR: qui fait partie du sentier Chief Isadore] est l’un de ces segments spéciaux. Pour la plupart des gens qui ont le sens de l’aventure, il est très amusant à parcourir en vélo de montagne. Il présente une élévation de 200 mètres et fait environ 1 mètre de largeur.»

«Mon petit-fils de 5 ans veut le parcourir à vélo. Je pense qu’on pourra l’essayer quand il maîtrisera un peu mieux son nouveau vélo à 5 vitesses… probablement à l’automne.», confie fièrement Neil avec un sourire.

«Les cyclistes peuvent rouler sur 35 kilomètres sans voir une seule maison, mais nous ne sommes pas si loin de tout, en fait; sur la majeure partie du sentier, on arrive à distinguer le bruit de l’autoroute.»

À vélo sur le sentier Mayook, on se sent un peu isolé, voire laissé à soi-même. C’est une section sauvage qui traverse une forêt de sapins de Douglas, de pins tordus et de pins ponderosa; on peut très bien y croiser des ours, des wapitis ou même du bétail d’élevage en été. Les interactions avec la faune sauvage sont communes dans tout le sud-est de la Colombie-Britannique.

Photo: Neil marche sur une section du sentier Chief Isadore.

Neil conseille donc de bien se préparer et de voyager en groupe, en s’assurant de se munir d’une canette de répulsif à ours, d’avoir une sonnette sur son vélo et de faire du bruit sur les segments les plus reculés du sentier.

«Nous invitons les gens de la ville à venir explorer les endroits sauvages, mais ils doivent être bien conscients que ce ne sont pas des parcs municipaux», précise-t-il.

Pour vous rendre au sentier Mayook, vous pouvez accéder au sentier Chief Isadore par l’autoroute 3 est à partir de Cranbrook, soit par Pritchard Road ou par Ha-Ha Creek Road.

On trouve un certain nombre d’autres sections particulières sur le sentier Chief Isadore. À ceux qui démarrent l’aventure au canyon Isadore, à partir du principal point de départ de sentier dans la ville de Cranbrook, le sentier offre une tout autre expérience. Ce segment est unique en son genre, puisque le passage ferroviaire sillonne le fond étroit du ravin d’un canyon aux parois accidentées. Certaines parties du canyon ont été taillées de main d’homme il y a plus d’un siècle, à l’époque où des équipes d’ouvriers s’affairaient à construire le chemin de fer; d’autres ont vraisemblablement subi une érosion naturelle. Ce segment du sentier passe aussi en forêt, ainsi que près de nombreux étangs et petites zones riveraines.

La section Rampart Prairie est accessible de l’autoroute 3, par l’aire de repos Rampart; cette boucle de 7 kilomètres est facile à parcourir et conviendra très bien aux familles ou aux marcheurs du dimanche. Ce sentier amélioré et à voie unique raccorde l’aire de repos au sentier Chief Isadore tout en passant de prairies sèches en forêts, et de forêts et en petits étangs. Sa douce dénivellation permet aux cyclistes de profiter confortablement des paysages des Rocheuses à l’est, et de ceux des montagnes Purcell à l’ouest.

Wardner est une petite ville rurale qui se trouve à l’extrémité est du sentier Chief Isadore. Le village figurait autrefois sur le très fréquenté trajet du chemin de fer jusqu’à ce que le CPR, au début des années 1970, ait dû déplacer la voie ferroviaire en prévision de l’inondation de la vallée de la rivière Kootenay par le réservoir du barrage Libby.

Pour consulter la carte des sentiers, visitez le site du sentier Chief Isadore.