D’Alma à Saint John

Par Julie Chatelain et Simon Lacroix

Nous nous sommes réveillés tôt à Wolfe Creek, sur un matin brumeux et très frais. Notre routine était en place; un premier petit déjeuner rapide suivi du décampement sans délai. La première section du sentier suivait un ancien chemin forestier jusqu’à une crête. La marche fut facile, mais nous n’aurions aucun panorama ce matin. Il y avait beaucoup de dénivèlements en traversant les ruisseaux situés dans des vallées étroites. En finissant notre deuxième grande descente, nous avions passés près du camping de la Rivière Goose. Cette nouvelle section du sentier devint beaucoup plus difficile. Laissant de coter le Parc National, nous entrâmes dans la réserve naturelle de Little Salmon River. Cette section était beaucoup moins entretenue; la piste était étroite, racineuse et très escarpées. Un sentier qui faisait notre affaire!

Notre rythme de marche avait ralenti considérablement. Nous franchissions en moyenne près de trois kilomètres à l’heure, mais nous étions aux petits oiseaux! Ce sentier et les forêts environnantes ressemblaient beaucoup à notre parc préféré sur la côte ouest, le parc East Sooke. Arrivés à Goose Creek, nous installions notre camp et apprécions la transformation de la fin de l’après-midi en soirée étoilée. A cet endroit, le sentier traversait une zone de marée. Nous nous réveillions tôt pour traverser la plage (qui serait inondée plus tard).

Montant et descendant plusieurs falaises (chacune de deux cents mètres d’élévation), nous arrivions près du camp de Dunbar, le long de la Petite Rivière des Saumons. A ce même endroit nous entrions dans le troisième parc, nommé Fundy Trail Parkway. L’odeur de la terre humide, les pins et les épinettes, le bruit des vagues au bas de falaises et le coassement des corbeaux nous remplissait de bonheur. Nous marchions entre les arbres dans un paradis vert mousse, tout simplement incroyable ! Pour accéder et franchir ces pentes escarpées, les employées du parc avaient placé ici et là quelques échelles. Ces escaliers étaient ingénieux, car ils étaient autoportants et ne causaient aucuns dommages au sol. Pour Julie et son vertige, ces échelles représentaient un défi unique.

Nous comptions le kilométrage à chaque traversée de rivière et de camping. Le prochain fut Cradle Brook Camp. Chacun des campings sauvages étaient bien pensé. Ils étaient près d’un ruisseau, avaient une boite ‘cache d’ours’, une latrine et l’accès aux plages.

Quelques kilomètres plus loin, nous arrivions à notre campement pour la nuit, le Camp de la plage Seely. C’était un autre endroit parfait. Nous partions pour franchir la fin de ce beau parc, en passant par le centre d’interprétation. Le sentier serpentait ensuite le sommet des falaises près de la promenade routière là où se trouvait beaucoup de touristes. Ces gens étaient les premiers que l’on avait rencontré depuis plusieurs jours. Nous fîmes gâtés par la vue sur la baie de Fundy et les falaises rouges.

A la sortie du parc, nous suivions la route vers un autre beau village, celui de St Martins. Au ‘Century Farm Family Camping’, Simon loua un petit chalet rustique pour la nuit. Une douche chaude, linge lavé et un lit confortable nous sembla comme le paradis. D’ailleurs c’était un coup de bonne chance car la nuit fut très orageuse et venteuse.

De là, nous marchions le long de belles routes vers Saint-Jean. Nous nous dirigions, nord-ouest, traversant Hampton et Darling Lake. Après un très simple campement près de la route, nous suivions un chemin de terre vers Kingston et vers Perry Point. Le Sentier nous dirigea près de la rivière Saint Jean pour prendre un beau traversier a câble près de Quispamis. Nous continuions, sud-ouest, traversant Rothesay, une banlieue de Saint-Jean, suivant le parc Rockwood pour finalement entrer à Saint-Jean.

Nous avions récupéré notre Wheelie, nous nous dirigeâmes vers le centre-ville pour une courte visite et un excellent repas thaïlandais. Notre motel nous attendait avec sa douche et son lit! Nous nous reposerions ici une journée. Le temps de blogguer et de se préparer pour la prochaine section du Grand Sentier. La météo promettait du temps froid et les feuilles changeaient de couleur. Nous suivions la rivière Saint-Jean vers Fredericton.

Vous nous trouverez sur le Sentier, à mettre un pied devant l’autre…

Site internet
Facebook