Humains du Sentier (2)

Ces témoignages ont été recueillis sur les terres et territoires ancestraux non cédés des S’ólh Téméxw (Stó:l?), des W?SÁNE?, des Kwantlen et de la Nation stz’uminus.

Photos et textes de Judith Kasiama



Pêches et Océans Canada

Je travaille pour Pêches et Océans Canada. Je fais partie d’une équipe qui étudie la pêche récréative dans le cours inférieur du Fraser. Ce site est l’un de ceux qu’on analyse, et Le Grand Sentier le traverse. Il y a un terrain de camping sur la zone que l’on examine, et des pêcheurs récréatifs pêchent souvent à la barre sur le fleuve Fraser. Alors je suis ici, je les compte, je parle avec eux, je leur demande comment se déroule leur pêche et je collecte leurs données.

Pêches et Océans Canada utilise ces données pour deux raisons. La première, c’est que cette zone est une ouverture sur des écloseries de saumons coho. Les poissons qui sortent d’une écloserie portent soit une étiquette de fil enrobé, soit un marqueur inodore; en disséquant leur tête, on peut identifier de quelle écloserie ils proviennent. Voilà pourquoi je récolte les têtes, si les pêcheurs sont d’accord, et je les ramène au labo avec les données. La deuxième raison, c’est qu’avec les données que je recueille, on peut déterminer combien de temps chaque pêcheur passe sur le fleuve et combien de poissons il attrape, identifier l’espèce de poisson et savoir si ses prises proviennent d’une écloserie ou non. On obtient donc un nombre de prises par pêcheur. Ensuite, Pêches et Océans Canada survole tout ce tronçon du fleuve en hélicoptère, puis le multiplie pour avoir une idée du nombre de poissons qui ont été pêchés; comme ça, on peut évaluer ce que la pêche récréative retire du fleuve.





Welcome travelers

C’est la première fois que je décide de louer un vélo pour rouler dans les environs de la digue, de False Creek et dans Vancouver en général. J’ai simplement réalisé que la journée s’annonçait belle et je me suis dit que je devais en profiter. J’adore partir avec mon sac à dos et faire de la randonnée. J’ai exploré une grande partie de l’Australie, et je commence à explorer le Canada; je suis allé à Banff. Le Grand Sentier a l’air extraordinaire, et j’aimerais beaucoup découvrir une de ses sections à la marche, en vélo et en kayak un jour. C’est génial que le Sentier raccorde autant de territoire dans tout le Canada.