Rick Long termine son parcours à travers le STC à Colombie-Britannique

Le Kinsol Trestle sur le sentier de la Vallée Cowichan à Colombie-Britannique

Rick Long n’hésite pas à utiliser ses cartouches anti-ours.

Il parcourait en compagnie de son fils Michael une section du Sentier qui avoisine le lac Cowichan lorsqu’ils ont repéré un superbe buisson chargé de baies, ce qui les a inspirés à s’arrêter pour dîner.

C’est à ce moment que le buisson s’est mis à frémir, et à produire des sons et des craquements.

Afin d’annoncer leur présence, Rick avait dit « bonjour, il y a des humains ici ! »

Le buisson n’ait donné aucun signe d’activité durant quelques minutes. Mais les « cric, crac et croc » ont repris de plus belle.

Rick a retrouvé une cartouche anti-ours dans sa poche, prêt à l’utiliser, et a annoncé sa présence encore une fois.

Le buisson s’est arrêté de bouger à nouveau pendant quelques instants, mais les bruits ont repris. «Il était si proche que nous étions en mesure d’entendre les grognements de l’animal,» raconte-t-il.

Rick et son fils se sont rendu compte qu’ils avaient fait intrusion dans un buisson où un ours se restaurait. Ils ont donc décidé de poursuivre leur chemin, mais non sans tomber sur un autre des services qui figuraient sur le menu de l’ours.

Après 1 825 kilomètres, sept chaînes de montagnes ainsi que 8 saisons estivales sur le Sentier de Victoria jusqu’à Alberta, Rick a une foule d’histoires à raconter. Par exemple, il y avait le trajet dans le corridor rocailleux où Rick et son compagnon ne se sont pas croisés avec un autre être vivant pendant 5 jours consécutifs, mise à part une famille de chèvres.

Il y avait aussi l’histoire qui s’est conclue de justesse ; une randonnée avec son ami Don Ramage.

Hâte à se rendre à leur prochaine destination et sans le connaître, Rick s’est arrêté de suivre sa propre règle, soit de ne jamais perdre la vue sur son compagnon lors d’une randonnée. Rick s’est rendu compte qu’il avait pris de l’avance sur son ami, et il s’est donc arrêté pour l’attendre. Ron est sorti d’un coude dans le sentier et il est apparu avec un air ébranlé : il avait failli trébucher et dévaler une pente abrupte pour atterrir dans un ruisseau.

Mais exception faite du repas bizarre en compagnie d’un ours et de la péripétie qui aurait pu se transformer en glissade dans un ruisseau, Rick affirme que ses aventures sur le Sentier se sont relativement bien déroulées.

Rick Long décrit son aventure canadienne sur le STC comme un périple familial, car il a réalisé la plupart de ses randonnées en compagnie de ses trois fils, Michael, Jeremy et Jeffrey sa femme étant chargée du transport et provision, et elle a participé également à titre de compagne de randonnée, au besoin.

Il affirme que le temps qu’il a passé sur le STC a engendré de nombreux changements positifs chez lui. Par exemple, dans le cadre de son travail de professeur à l’université, il a pu puiser dans son sentiment d’aventure et de découverte acquis lors de ses randonnées pour aider ses étudiants à apprendre et pour élaborer le contenu de ses cours.

Ensuite, il y a la tranquillité et la lucidité qui ne peuvent venir que d’un séjour dans la nature. « Toutes les préoccupations quotidiennes s’évaporent, car votre esprit se doit de rechercher la voie à suivre et de mettre un pied devant l’autre », affirme Rick.

L’aventure canadienne de Rick Long lui a offert plusieurs occasions d’en apprendre plus sur le Canada.

« Ces randonnées en Colombie-Britannique nous ont permis d’apprendre l’histoire de la province et sa géographie, et qui sait si nous nous serions intéressés à cela de façon aussi détaillée dans d’autres circonstances? », se questionne Rick, qui a développé un journal de découvertes à propos de son périple, prêt à partager avec quiconque qui s’intéresse.

Et qu’est-ce qui se profile à l’horizon?

« Nous planifions une randonnée sur le sentier High Rockies en Alberta », déclare Rick. « Par la suite, nous commencerons au tout début du Sentier dans l’Est à Terre-Neuve. »

Le STC est ravi que Rick Long soit reconnu en tant que la première personne à parcourir d’ouest en est la section britanno-colombienne du sentier Transcanadien, de la côte à Victoria jusqu’à la frontière de l’Alberta.

Lisez l’histoire d’aventure canadienne de Rick Long que le STC a publié il y a quelques mois en cliquant ICI.